La gestion des macro-déchets

Qu’est-ce-qu’un macro-déchet?

Les macro-déchets sont des déchets issus de l’activité humaine, flottant en surface ou immergés, transportés par les courants marins ou par les fleuves jusqu’au littoral et se déposant sur les plages. Ils sont source de nuisances visuelles, de pollution, de risques pour les usagers, ou encore de risques de piégeage ou d’ingestion par la faune.

Macro-déchets prisonniers de la laisse de mer Source : Camille Ganche

Macro-déchets prisonniers de la laisse de mer
Source : Camille Ganche

Ces déchets peuvent avoir différentes origines comme les abandons des usagers, les activités domestiques, agricoles et industrielles, la pêche, la conchyliculture et les activités portuaires, les navires de passage et de plaisance, les décharges sauvages, les déchets d’origine naturelle.
Dans le secteur de la baie du Mont-Saint-Michel, l’identification de l’origine des déchets est impossible pour une grande part (44%), mais concernant les origines identifiées, ceux liés aux activités des professionnels de la mer sont de 41%. Le tourisme et les loisirs concentrent quant à eux 15%.

Gravelot à collier interrompu source: l'internaute.com

Gravelot à collier interrompu
Source : www.linternaute.com

Oeufs de gravelot à collier interrompu source: www.Tréffiagat.fr

Oeufs de gravelot à collier interrompu
Source : www.Tréffiagat.fr

Quelles sont les utilités de la laisse de mer?

Laisse de mer Source : Camille Ganche

Laisse de mer – Plage de Cherrueix
Source : Camille Ganche

La laisse de mer est un amas d’algues et de débris divers(coquillages, cadavres…) déposé en haut des plages grâce à la force des courants et des marées. Cette laisse de mer, malgré sa réputation, est un véritable écosystème et tient un rôle primordial dans la gestion des plages.

La laisse de mer abrite de nombreux animaux(insectes, mollusques, crustacés comme les puces de mer…) qui sont attirés par ce micro-climat frais et humide. Elle représente pour eux une source de nourriture et leur permet d’échapper à leurs prédateurs et à un ennemi qu’il est difficile d’éviter, le soleil. La laisse de mer est aussi une réserve de nourriture pour les animaux qui côtoient le littoral comme le gravelot ou le goéland par exemple. Ces êtres-vivants participent à la dégradation de la laisse de mer et au nettoyage des plages.

La laisse de mer n’est pas seulement un élément important pour la faune, c’est aussi un chaînon essentiel dans la formation des dunes. La laisse de mer va retenir le sable transporté par le vent et les courants marins. Ce bourrelet de sable va ainsi pouvoir accueillir les plantes pionnières qui vont par la suite coloniser entièrement la dune. Elle permet donc de retenir et de réapprovisionner les dunes en sable, de consolider les dunes et de maintenir les plantes enracinées dans le sol. La dégradation de cette laisse va fournir aux végétaux des sels minéraux nécessaires à leur pousse.

Formation embryonnaire d'une dune Source : Camille Ganche

Formation embryonnaire, naissance d’une dune
Source : Camille Ganche

Ces dunes sont des barrières naturelles contre l’érosion, elles absorbent l’énergie des vagues, diminuent l’impact des vents sur l’arrière-pays.

Malheureusement, encore aujourd’hui de nombreux usagers des plages pensent que cette laisse de mer est synonyme de saleté et de dangers sanitaires. Cette idée reçue pousse les collectivités à nettoyer leurs plages de façon à faire disparaître cet écosystème et cette barrière naturelle bénéfique face aux caprices de la nature.

Le ramassage des macro-déchets

Les communes sont chargées du nettoyage des plages. Pour ceci, deux types de ramassage se distinguent; le ramassage mécanique et le ramassage manuel.

Le ramassage mécanique se fait avec des machines agricoles et/ou des machines spécifiques telles que la cribleuse ou la ratisseuse. La cribleuse récupère le sable sous quelques centimètres de profondeur pour le tamiser. Quant à la ratisseuse, c’est une machine à dents rapprochées qui comme son nom l’indique ratisse le sable. Celui-ci est souvent pratiqué sur des plages touristiques, c’est-à-dire les grandes plages facilement accessibles par les machines et où la pression des touristes oblige à enlever ce qu’ils considèrent pour la plupart comme un élément dérangeant et sale afin de laisser une plage « propre ». Ce type de ramassage, du fait qu’il est non sélectif perturbe le milieu naturel, favorisant l ‘érosion. Il participe à la destruction de plantes, des animaux et de leurs habitats. Ces machines transportent également beaucoup de matières naturelles comme les sables, les graviers.. engendrant des surcoûts à la déchetterie.

Le ramassage manuel est un ramassage sélectif qui utilise des engins seulement pour le transport des déchets jusqu’aux déchetteries. Ce type de ramassage est plus respectueux de l’environnement mais nécessite plus de temps et plus de main-d’œuvre. Il peut être fait sur tous types de plages mais n’a de réel intérêt que sur des secteurs peu artificialisés.

Ainsi chaque année, en plus du ramassage organisé par les communes, des associations, des centres de loisirs, des écoles, des syndicats… organisent des journées de collecte des déchets sur des communes telles que Genêts, Saint-Jean-le-Thomas, Vains par exemple.

Qu’est-ce-qu’une collecte raisonnée?

La collecte raisonnée des macro-déchets prend en compte les caractéristiques écologiques des sites mais aussi les enjeux économiques de ces zones, le plus souvent touristiques. Le nettoyage raisonné d’une plage se veut un juste équilibre entre préservation de la laisse de mer et de l’écosystème plage-dune et impératifs économiques. Ainsi, l’Inter-SAGE baie du Mont-Saint-Michel a repris et étendu à l’Ille-et-Vilaine un travail réalisé par le Conseil Général de la Manche qui consiste à réaliser une carte de la baie du Mont-Saint-Michel présentant la classification des côtes manchoises et bretonnes en trois zones d’intervention ; Exceptionnelle(ZIE), Sélective(ZIS), Globale(ZIG).

Les critères d’une ZIE sont les suivants :

  • Zone de nidification régulière du Gravelot
  • Présence de plantes remarquables
  • Secteurs de falaise reconnus comme difficilement accessibles

Les critères d’une ZIS sont les suivants :

  • Zone de nidification irrégulière du Gravelot
  • Activité touristique peu développée/espaces éloignés des zones urbaines

Les critères d’une ZIG sont les suivants :

  • Forte activité balnéaire
  • Aucune espèce remarquable

Ainsi, la commune de Vains est placée en zone d’intervention sélective(ZIS). La commune de Jullouville quant à elle, est placée en zone d’intervention globale(ZIG).
Les modes de ramassage sont définis en fonction du zonage attribué au tronçon ou à la commune comme suit: les ZIE doivent être nettoyées grâce à des collectes manuelles et sélectives exclusivement; les ZIS doivent être nettoyées grâce à des collectes manuelles et sélectives préférentiellement; les ZIG doivent être nettoyées grâce à des collectes manuelles et sélectives préférentiellement ou mécanisées.

Zonage d'intervention pour la collecte raisonnée (carte provisoire)

Zonage d’intervention pour la collecte raisonnée (carte provisoire)

Attention à ne pas confondre avec les « marées vertes »!

Les « marées vertes » sont une prolifération estivale massive d’algues. Les algues sont une composante naturelle des écosystèmes côtiers. Cependant, des apports nutritiques (azote) importants provenant des activités sur le continent peuvent conduire à un dérèglement des conditions environnementales en milieu marin. Cet enrichissement en azote est le facteur principal d’apparitions des marées vertes.
Cette prolifération massive d’algues est à considérer comme un macro-déchet dans la mesure où elle dégrade les milieux et paysages, pose une gène olfactive et freine l’accès à la plage par les usagers.
Ces phénomènes de « marées vertes » sont présents dans le secteur de Granville. Contrairement aux marées verte, la laisse de mer que l’on remarque habituellement sur nos plages n’est pas un élément nuisible pour l’Homme ou pour les animaux.

 

HACQUEVILLE 22 JUILLET 5

Algues vertes – Source : SMBCG

Étude réalisée par Camille GANCHE au cours de son stage au sein de l’Inter-SAGE (07.2014).